Une réforme toujours pas imposée par Bruxelles

Aujourd’hui, on va revenir sur un des tubes de la sphère de la dissidence:

Il paraît que ce sont les grands méchants de Bruxelles qui ont imposé la méchante réforme des retraites que les honnêtes citoyens.

Vu le nombre de mails d’insulte de la part des militants U*R que l’on reçoit sur ce sujet, nous allons donc procéder à une rectification en bonne et due forme.

C’est parti!

Véracité de l’argument

via GIPHY

Entrons dans les détails

C’est bien beau de pointer des documents de la Commission européenne, encore faut-il s’assurer que ces documents soient antérieurs à la réforme concernée. Cela s’appelle prouver le lien de causalité!

Les GOPE disent que… en fait non!

Si les GOPE 2019 ne font qu’inviter la France à poursuivre la réforme engagée en demandant à ce que le système soit plus juste et équitable, il est intéressant de voir à partir de quel moment ces fameuses recommandations exigeraient cette fameuse réforme des retraites.

Si vous ne nous croyez pas, vous pourrez vérifier par vous-mêmes. Vu qu’on est sympa, on vous donne même les liens vers les versions publiées au Journal Officiel de l’Union européenne.

2016: Pas la moindre trace de demande de réforme des retraites

2017: Ohé ohé, réforme toujours pas trouvée…

2018: Enfin une mention de la réforme des retraites

Nous avons donc notre référence: 2018. Les recommandations ayant été publié le 23 mai 2018, on pourra effectivement dire que la France a obéit à la méchante Commission européenne si le gouvernement a lancé la réforme des retraites après cette date.

Pour ceux qui continuent à penser que les GOPE imposent le programme économique de la France, vous pouvez toujours lire la PLS respiratoire que nous avons infligé à l’U*R sur ce sujet.

Calendrier, mon beau calendrier, dis moi quand…

Comme internet conserve à peu près tout ce qui est publié dessus (avec les dates), il suffit de faire simple une simple recherche et de voir les dates de publication des contenus concernés. Comme dit précédemment, les recommandations ayant été publié le 23 mai 2018, il faut donc que les différents éléments constitutifs de la réforme aient été publié après le 23 mai 2018.

Les sources gouvernementales

Regardons donc dans les sources gouvernementales de quand datent les premiers articles en lien avec les réformes des retraites.

Nous pouvons constater que la nomination de Jean-Paul Delevoye a été publié au Journal Officiel le 15 septembre 2017. Le décret de nomination date du 14 septembre 2017.

Nomination immédiatement relayée par un communiqué de presse du Ministère des Solidarités et de la Santé comme vous pouvez le constater ici.

Comme vous devez certainement vous en douter, le 14 septembre 2017 est antérieur au 23 mai 2018. Comme c’est dommage.

Certaines mauvaises langues nous diront que la nomination de la personne en charge de la réforme n’a rien à voir avec le contenu de la réforme. Qu’il faut lui laisser le temps de recevoir les ordres de Bruxelles.

Soit! Regardons donc si nous pouvons trouver des éléments/traces/indices du contenu de la réforme souhaitée par le Président. Si nous arrivons à prouver qu’on pouvait trouver des éléments ou des souhaits de la réforme à venir avant le 23 mai 2018, ce sera la preuve ultime que Bruxelles n’a pas imposé la réforme.

Les joies du programme

L’avantage des campagnes présidentielles, c’est que les candidats publient les versions détaillées de leur programme sur leur site internet.

Il est possible de consulter le programme détaillé du candidat Macron directement sur le site internet d’En marche. Vous y trouverez aussi une version détaillée de son programme pour les retraites. Vous pouvez consulter directement cette rubrique en cliquant ici.

En naviguant vers le bas, vous tomberez sur une vidéo facebook d’une interview du candidat Macron au JT de TF1 lorsqu’il était candidat où il détaille la réforme des retraites qu’il souhaite. On y retrouve déjà, de manière vraiment très curieuse (ironie, quant tu nous tiens), plusieurs éléments phares de sa retraite: l’unification des régimes, le système de retraite par point…

Aux dernières nouvelles; l’élections présidentielle ayant eu lieu en mai 2017, Emmanuel Macron ne pouvait pas encore être candidat au 23 mai 2018. Il y a donc un problème évident de calendrier.

On peut donc logiquement en conclure que Bruxelles n’a pas imposé la réforme des retraites. L’U*R et son gourou Asselinul ont donc menti.

On pourrait aller plus loin dans la rectification mais ce serait du sadisme de notre part et l’article est déjà bien assez long.


Suite à la publication originale de l’article, certains de nos lecteurs nous ont questionné sur les GOPE 2015 qui demanderaient déjà une réforme du système des retraites. Nous complétons donc en insérant cet encart.

Le cas 2015

Si effectivement les GOPE 2015 mentionnent les retraites, il est important de bien lire ce qui est indiqué:

à accentuer les efforts visant à rendre efficace la revue des dépenses et à recenser les possibilités d’économies dans tous les sous-secteurs des administrations publiques, et notamment aux niveaux de la sécurité sociale et des collectivités locales; à prendre des mesures pour limiter l’augmentation des dépenses de fonctionnement des collectivités locales; à prendre des mesures supplémentaires d’ici à mars 2016 pour ramener le système de retraite à l’équilibre, notamment en s’assurant que la situation financière des régimes de retraite complémentaire soit viable à long terme;

Commission européenne, Recommandations pour la France (p7 §2)

On note que la Commission recommande à la France de prendre des mesures supplémentaires afin de maintenir le système des régimes complémentaires à l’équilibre. Aucune mention n’est faite d’une quelconque unification du système tel qu’imaginé par le candidat Macron. La recommandation de 2015 ne concerne donc pas la réforme Macron et est donc différente de celle 2018.

Il faut donc regarder à quelle réforme s’applique cette recommandation. Une rapide recherche montre que la réforme concernée est celle de 2013 (lancée par le Président Hollande). Il s’agissait d’une réforme dont le principal objectif était de rééquilibrer les comptes.

On notera aussi qu’une date est fixée: mars 2016. Une rapide recherche montrera qu’il y a eu des ajustements mineurs réalisés en juillet 2016. On est donc vraiment loin d’une obligation par la Commission européenne.

On peut enfin refaire le test de la date. La recommandation date du 16 mai 2015. La réforme avait été prévu, quant à elle, dans… le programme du candidat Hollande en 2012. Donc encore un problème de calendrier qui fait complètement échouer le raisonnement de l’U*R.


Conclusion

Encore un joli mensonge de la part de l’U*R!

Le cadeau bonus

Ce qu’il faut penser des zélotes de l’U*R quand ils viennent propager leurs véritudes dans un but électoral.

via GIPHY

Crédits photo:

Pasja1000 – Pixabay

Vous avez aimé cet article? N’hésitez pas à le partager!