Schrödinger, chat-zombie et Brexit

Aujourd’hui, on va s’intéresser au bourbier dans lequel se trouve le Brexit et le comparer à une expérience scientifique impliquant un chat-zombie.

Tout cela pour répondre à la question suivante:

Pourquoi le Brexit n’est toujours pas fini?

Un référendum qui n’en dit pas assez…

Le problème est que le référendum de 2016 manque sérieusement de précision. Il dit juste que 52% des personnes s’étant exprimées ont choisi de voter pour le Brexit. Ni plus, ni moins. Ils ont oublié de dire quel type de brexit ils souhaitaient.

A partir de là, deux courants de pensée s’affrontent:

  • certains hardcore brexiters qui souhaitent une sortie sans accord car cela correspondrait au résultat du référendum de 2016
  • la ligne notamment tenu par Westminster qui souhaite aboutir à un brexit avec accord car cela correspondrait au résultat du référendum de 2016

Oui mais les sondages…

Sauf qu’on peut faire dire aux sondages tout et n’importe quoi. Vous trouverez autant de sondages disant qu’une majorité de britanniques sont pour un Brexit sans accord que de britanniques qui sont pour rester dans l’Union européenne.

Peu importe la décision qui serait prise sur la base d’un sondage, celle-ci sera forcément contestée par l’autre camp. D’où un improbable dialogue parlementaire de sourd qui donne l’impression que le Parlement britannique est complètement déconnectée des citoyens. Chaque parti s’accusant réciproquement de ne pas respecter la volonté des citoyens.

Schrödinger ou la maltraitance animale appliquée à la politique

Cette situation nous rappelle furieusement l’expérience du chat de Schrödinger. Il s’agissait d’une expérience de pensée visant à montrer les limites de la physique quantique.

L’idée est assez simple: vous mettez un chat dans une boîte dans laquelle se trouve une fiole de poison relié à un mécanisme qui se peut se déclencher à n’importe quel moment de l’expérience. Vous avez donc 50% de chance que le chat soit vivant et 50% de chance que le chat soit mort. Toute l’astuce de l’expérience reposait sur cette contradiction. On dit donc en conclusion que le chat est à la fois mort et vivant.

Comme précisé, il s’agit d’une expérience de pensée. On sait tous très bien qu’il est matériellement compliqué d’être à la fois physiquement mort et vivant.

Cependant, cette expérience reste très intéressante dans son mode de réflexion et on peut l’appliquer au cas qui nous intéresse!

Une solution à ce problème insoluble

Dans l’expérience de Schrödinger, la seule solution est d’ouvrir la boîte. Il n’y a qu’en ouvrant la boite qu’on pourra constater si le chat est passé de vie à trépas.

Une façon de résoudre définitivement le problème du Brexit serait de convoquer un nouveau référendum et de poser clairement la question de la forme.

Contrairement à ce que certains brexiters/frexiters aiment à raconter, un référendum de ce type ne constituerait en aucune manière une remise en cause du précédent référendum. En effet, il vise à préciser le type de Brexit et pas à remettre en cause le concept même du Brexit.

Il permettrait entre autre de lier définitivement la volonté du gouvernement et du Parlement britannique avec celle des citoyens et de poser enfin un calendrier clair et potentiellement définitif.

Certes, le Brexit ne serait peut être pas tout de suite effectif en cas de vote pour un Brexit avec un accord. Et en cas de vote pour un Brexit sans accord, les différentes économies européennes seront certainement soumis à des remous plus ou moins importants.

Ce parlement à la solde des européistes…

Certains Jean-rageux frustrés se se font entendre ces derniers temps afin de dénoncer une (pseudo) main-mise des européistes sur le calendrier du Brexit. Ce serait à cause d’eux que le Parlement britannique s’oppose à la volonté des courageux citoyens cherchant à retrouver la liberté perdue en ayant adhéré à l’UERSS.

Il est toujours bon de rappeler qu’un simple vote du Parlement britannique a une valeur juridique plus importante que celle d’un référendum. Pour reformuler de manière très simple, le Parlement britannique peut renverser le référendum en votant une simple loi!

Sauf que le Parlement ne l’a toujours pas fait et que les parlementaires ont choisi de respecter le vote des citoyens britanniques. A aucun moment, le Parlement n’a renversé le vote du Brexit. Le nœud gordien vient de l’incapacité du Parlement britannique à réunir une majorité sur une proposition.

Les autres s’impatientent… et décident…

En attendant que les britanniques se décident, d’autres personnes attendent. Les nombreux ressortissants européens se retrouvent pris en otage d’un débat sur lequel ils n’ont pas vraiment leur mot à dire et où ils risquent de payer le prix fort.

Du côté des Etats membres, la date du 31 octobre approche à grand pas et les britanniques refusent toujours de présenter une alternative au backstop, provoquant l’ire des autres pays de l’UE. Ceux-ci commencent à en avoir marre d’attendre. L’obtention d’un nouveau délai de négociation ne sera pas aussi automatique que la dernière fois.

Cela pourrait même conduire à une situation absolument inédite dans les relations européennes: un Etat membre de l’UE qui se fait “virer” après avoir épuisé la patience des autres Etats lors de la période de transition. Ce serait le doigt d’honneur ultime fait aux brexiters: eux qui pensaient avoir la maîtrise du calendrier se retrouveraient dépossédés du titre de libérateur car ils n’auront pas conclu les négociations.

Enfin bref, affaire à suivre

Crédits photo:

L’image d’illustration est dérivée de “Schrödinger” par Austin Matherne (CC BY 2.0)
Aucun chat n’a été blessé lors de la réalisation de la miniature!

Vous avez aimé cet article? N’hésitez pas à le partager!