Newsletter 1er trimestre 2020

Gestion du Covid-19 par l’Europe

Alors que l’Union européenne est actuellement l’épicentre de l’épidémie de Covid-19, il est grand temps de revenir sur les différentes actions entreprises par l’Union européenne afin d’y faire face.

Au niveau européen, la première initiative a été prise le 1er février, avec la mobilisation par la Commission de 10 millions d’€ pour la recherche. Le 24 février, la Commission a annoncé un paquet de 232 millions € pour la recherche, l’OMS, la Chine et les pays partenaires en Afrique ainsi que le rapatriement des Européens de Chine. Le 2 mars, après le dépassement du seuil de 2 000 cas en Europe, la Présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a mis en place une « équipe de réponse » composée de cinq commissaires, tandis que le Conseil a déclenché le mode « activation totale du dispositif intégré de l’UE » pour une réaction au niveau politique dans les situations de crise (IPCR). Depuis le 2 mars, qui marque le début de la mobilisation des institutions européennes, l’Union européenne a déployé une panoplie d’outils, avant tout axée sur les conséquences de la pandémie. La Commission a débloqué 140 millions d’€ pour la recherche et 37 milliards d’€ issus des fonds de cohésion. Elle a également proposé de suspendre les règles budgétaires du Pacte de stabilité et de croissance – une mesure entérinée par les Etats membres le 23 mars – et a assoupli les règles sur les aides d’Etat pour soutenir les entreprises.

Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire le dossier d’information réalisé par la Fondation Robert Schuman


L’Europe dans nos territoires


L’Europe en Seine Saint-Denis

Partir en Europe, pourquoi pas moi?Le Centre d’information Europe Direct du Département de la Seine-Saint-Denis a réalisé une série de portraits vidéos de jeunes ayant voyagé en Europe grâce à Erasmus + et au Corps européen de solidarité.Stage, volontariat, échange de jeunes, découvrez les témoignages de Sarah, Mathieu et Aboubakar!

Le CIED propose également une carte, qui répertorie les structures présentes dans le Département, pour informer et accompagner les jeunes.

Ci-dessous, vous pouvez visionner un témoignage d’une des participantes:


L’Europe dans le Val d’Oise

Le CIED 95 a développé cette année un projet visant à mettre en avant les porteur.euse.s de projets du territoire ayant bénéficié de fonds européens. Dans un objectif de faire connaître et de rendre accessible les fonds européens, l’équipe du CIED va à la rencontre de porteurs de projets sur l’agglomération de Cergy-Pontoise et le département et réalise des capsules vidéos de porteur.euse.s pour recueillir leurs témoignages et mettre en lumière les différents fonds européens structurels et d’investissement tels que le FEDER, le FSE et ainsi valoriser les actions du Val d’Oise soutenues par l’Union Européenne. Le projet est né d’une exposition, « L’Europe dans le Val d’Oise », effectuée par des étudiant.e.s du master « Projets européens » de l’université CY Cergy Paris Université en coopération avec l’agglomération de Cergy-Pontoise et le CIED 95.


L’Europe dans les Yvelines

Mis en place par l’association “Sauvegarde de l’enfant, de l’adolescent et de l’adulte en Yvelines”, le projet de création d’auto-école sociale a vu le jour en deux temps : en 2015 d’abord sur Versailles et à partir de 2016, à Mantes-la-Jolie. Les freins à la mobilité sont souvent de deux ordres : financiers mais aussi pédagogiques. En effet, les auto-écoles classiques ne sont pas toujours adaptées à des publics éloignés de l’emploi et en situation de décrochage scolaire. L’auto-école sociale vise à proposer une solution d’apprentissage spécifique qui répond aux besoins des publics fragilisés.

Objectif : (re)mettre sur la route de l’emploi durable les participants en levant leurs freins à la mobilité !

De nombreuses aides financières, permettant de lever les freins du coût de l’acquisition du permis de conduire, existent déjà sur le département. Malgré l’existence de ces aides, force est de constater que de nombreuses personnes échouent dans le long et complexe apprentissage de la conduite, faute de trouver un enseignement adapté à leurs difficultés. La création de l’auto-école sociale vient répondre de façon innovante à cette problématique pour remettre sur le chemin du retour à l’emploi une population fragilisée laissée pour compte par le système classique d’apprentissage du code de la route et de la conduite.

COMMENT?

  • Mise en place d’un apprentissage et d’une pédagogie adaptés à un public éloigné de l’emploi et en situation de décrochage scolaire 
  • Aide à l’acquisition de prérequis à la compréhension de consignes et d’une meilleure confiance en soi
  • Résoudre, le cas échéant, les problématiques de comportement et faire de la prévention sur les risques de la conduite sans permis
  • Coupler la formation au permis à une formation qualifiante en lien avec le maillage partenarial pour mieux lever les freins, d’une part à la mobilité, et d’autre part, à l’employabilité
  • Un permis à 250€ contre 1000 à 2000€ dans une auto-école classique. Le complément est financé par le Conseil départemental des Yvelines et le Fonds Social Européen.


QUELQUES RÉALISATIONS:

  • Des sessions en groupe de 10 personnes maximum 
  • 4 demi-journées par semaine de cours sur la conduite et la sécurité routière
  • Par participant, jusqu’à 100 heures de cours théoriques et 60 heures de cours pratiques
  • Apprentissage des règles de vie comme la ponctualité, l’écoute et le respect de l’autre.

Crédits photos:
CC BY ND 2.0 Département des Yvelines