Peut être avez vous vu passer cette vidéo sur internet. Pour ceux qui liront l’article jusqu’au bout, il y aura un petit cadeau bonus!

Cette vidéo présente le témoignage d’un ancien économiste viré de BFM Business où il avertit les internautes sur les conséquences à venir d’une future législation européenne qui viserait à empêcher les citoyens à retirer de l’argent en cas de panique bancaire.

La vidéo a été publié originellement ici, sur le blog du vaillant petit économiste.

Pour ceux qui se le demandent, une panique bancaire est la situation où beaucoup de personnes se précipitent en même temps dans leurs banques pour retirer tout ou une partie de leurs économies. Grossomodo, les gens ont peur qu’une banque devienne insolvable et préfèrent donc récupérer toutes leurs économies pour les mettre en sécurité.

Scandale, l’UE veut nous empêcher de disposer de notre argent comme nous le souhaitons!

Bien évidemment, cela n’a pas manqué. Cette vidéo est vite devenue virale et a été repris par tout un tas de médias internet plus ou moins sérieux (un article à même été publié chez Egalité et Réconciliation, c’est pour vous dire).

Dis-moi CIED, est-ce que c’est vrai?

Patience cher lecteur, partons ensemble à la source de cette information. Et oui, il y aura bien une petite surprise pour ceux qui lisent l’article jusqu’au bout!

Quand on regarde les choses d’un peu plus près, on se rend compte que Olivier Delamarche vous cache des choses. Armons nous de notre clavier, d’une bonne connexion internet ainsi qu’un peu de temps et de patience.

via GIPHY

Replaçons le tout dans son contexte et analysons chaque point!

Quand on fait des recherches sur l’origine de cette vidéo, on se rend vite compte que c’est le bordel et qu’il est bon d’analyser le contenu de cette information.

Elle vient d’où l’info?

Ne cherchez pas, vous ne trouverez pas le lien vers la source de ce scoop dans l’article d’origine. On nous dit juste qu’il s’agit d’une information venant de Reuters mais aucun lien ne pointe vers celle-ci.

Cette info vient de la version américaine de Reuters que vous pouvez consulter ici. Si vous avez la flemme de lire l’article en anglais, vous pouvez consulter la très bonne traduction réalisée par les Echos ici.

Première surprise: on se rend compte que le brave Delamarche a fait une grossière erreur de traduction justifiant l’urgence de son appel.

C’est urgent donc c’est Delamarche

Si vous avez bien regardé le titre de la vidéo, on se rend compte qu’il s’agit d’un appel URGENT de Delamarche afin de nous révéler cette sombre machination.

Comme il le dit si bien, “l’Union européenne est en train de mettre en place les conditions du racket de vos comptes en banque“. Donc, on s’attend logiquement à ce que les textes ont été voté et que les Etats sont en train de mettre en place les outils nécessaires. L’urgence paraît tellement évidente qu’il en passerait presque pour un lanceur d’alerte.

Cependant, quand on lis l’article en anglais, on se rend vite compte qu’il y a une petite (ou grosse, question de point de vue) erreur de traduction. Le titre exact en anglais est “EU explores account freezes to prevent runs at failing banks“.

Nous attirons votre attention sur “explores”. Pour ceux qui sont nuls en anglais, “explores” (qui vient du verbe anglais “to explore”) signifie envisager, étudier. On est donc très loin de la mise en place des conditions de ce fameux racket. Si vous ne nous croyez pas, vous pouvez vérifier avec Linguee, ou encore Wordreference.

Ce brave Delamarche pense donc (à tort et comme le prouve l’article original) que l’Union européenne a fait passer la législation en question. Nous pouvons donc légitimement le rassurer. Ce n’est pas le cas. L’Union européenne songerait (à prendre au conditionnel car on n’est pas sur vu l’absence de preuve apporté) à mettre en place une telle législation.

Coïncidence, je ne pense pas!

via GIPHY

Delamarche au développement

Avec cette vidéo, Delmarche nous prouve qu’il a tout compris du Youtube game. Une première phrase d’accroche bien choc puis il développe son propos et rentre plus dans les détails, quitte à se contredire. Problème, le mal est déjà fait (vous savez, la première impression…).

A partir de 30 secondes, on tombe déjà dans la théorie du complot. Le texte serait négocié en août afin de ne pas être victime de la couverture médiatique. Cependant, de grands médias d’information se sont emparés de l’information (Reuters et les Echos) ainsi qu’un ensemble de petits blogs privés plus ou moins sérieux(ex: ici et ici). Un habitué de l’information européenne vous dira cyniquement qu’on peut raconter ce qu’on veut sur l’actualité européenne, les citoyens ne s’y intéresseront pas peu importe la période de l’année.

Le CIED ne répondra pas sur la partie économique. Ce sera l’objet d’un autre article qu’on indexera lorsque celui-ci sera publié.

Il faudra attendre 2 minutes 57 pour que Delamarche contredise enfin son affirmation de départ et indique qu”ils sont en train de discuter…”. Cependant le mal est déjà fait. Le message a déjà été passé avec la phrase d’accroche et peu de monde se concentrera suffisamment pour bien comprendre le reste de la vidéo.

Enfin, Delamarche finit en nous citant tout un tas de mesure qui seraient prévues dans cette fameuse législation et en répétant qu’il a tenté de prévenir. Il finit par nous donner la solution s’attribuant au passage le modeste rôle de messie de vos économies.

Delamarche vers la monnaie

Si vous avez regardé la vidéo en entier de ce brave Delamarche, vous avez surement remarqué (à partir de la 7ème minute) son invitation à vous abonner à sa lettre d’information. Cette lettre d’information vous expliquera comment faire pour ne plus dépendre des banques. Lettre d’information qu’il rédige avec un éditeur et où il pourra vous indiquer comment vous passer légalement des banques.

Dans cette lettre d’information, vous trouverez un ensemble de référence de documents vous apprenant différents trucs. Vous aurez aussi le droit de lui poser des questions et d’assister à ses conférences. Vu que vous avez de la chance, ce gentil commerçant de Delamarche va vous faire un prix défiant toute concurrence à 99€ alors que ça couterait entre 250 et 500€. (Plus d’information pour les pigeons qui souhaitent se faire arnaquer ici. N’hésitez pas à descendre jusqu’en bas de la page, vous aurez tous les prix)

Donc il profite ouvertement d’une fausse situation qu’il a monté de toute pièce afin de vous revendre ces services et ses livres. Encore faudrait-il que ce qu’il dit soit véridique.

Delamarche vers l’incompétence

Comme nous l’avons indiqué en début d’article, Olivier Delamarche est un ancien économiste qui a été viré de BFM Business… ou du moins la croyance populaire le fait passer pour tel. Dans la réalité, Olivier Delamarche est un ancien gestionnaire de fonds de gestion et ancien chroniqueur sur BFM Business (simple oubli ou omission délibérée, on vous laissera en juger). C’est donc l’opinion d’un pseudo expert comme il en existe tant d’autre plutôt qu’un véritable économiste (quoique la différence n’est pas si importante qu’il n’y paraît).

Quand on se penche sur les performances de son fonds de gestion (Platinium pour ne pas le citer) pendant sa présidence, on se rend vite compte que c’est la catastrophe. La gestion calamiteuse de Delamarche a failli provoqué sa disparition. A telle point que l’équipe dirigeante l’a remercié pour ses non-services rendus.

Comme nous l’avons vu, ce cher Delamarche a l’air d’être aussi incompétent en matière de traduction. Ce qui est un gros désavantage quand on travaille dans la finance et la gestion. Beaucoup d’aspects de ces deux domaines se gèrent en anglais (par exemple: les différentes législations internationales en la matière).

Le problème est qu’Olivier Delamarche est connu pour ses analyses divergentes du consensus économique en vigueur. Il aime dire qu’il apporte la contradiction. C’est aussi un chroniqueur qui aime à dénoncer les scandales financier engendrés par l’Union européenne et à prophétiser la fin de l’euro. Autant dire qu’il plaît énormément à une frange de la population qui n’a plus confiance (à tort ou à raison) dans ses gouvernants (nationaux ou européens). Son départ forcé de BFM Business (pour critique envers la chaîne d’information) n’a pas arrangé la situation. Beaucoup ont vu dans son départ une preuve de la censure et du musèlement médiatique qu’imposerait l’Euro-Reich. Il est donc très difficile de remettre en question le personnage sans se prendre une vague de rageux et de haters.

Fake news ou pas?

Si la vidéo de ce martyr de Delamarche est juste une grosse blague, il est néanmoins intéressant de se pencher sur la source de son propos. Mais ça, ce sera l’objet d’un prochain article.

Conclusion

La vidéo catastrophe d’Olivier Delamarche est symptomatique de plusieurs éléments:

  • de la malhonnêteté intellectuelle de certains pseudo experts
  • du manque flagrant de connaissances des citoyens envers la législation européenne
  • de la facilité avec laquelle les citoyens peuvent se laisser berner sans vérifier les sources
  • de l’immoralité sans gène de certains prophètes de l’apocalypse qui n’hésitent pas à raconter n’importe quoi pour vous extorquer de l’argent

 

Le cadeau bonus

Comme promis, un petit cadeau bonus pour ceux qui ont eu le courage de lire l’article jusqu’au bout:

Un chat qui voit passer un Delamarche!

via GIPHY

 

Photo by Damien [Phototrend.fr]

 

Vous avez aimé cet article? N’hésitez pas à le partagez!