Alerte météo: Avis de tempête sur l’Autriche et l’Italie

Alors que l’Union continue de digérer deux votes (Brexit et élections américaines) et que les Etats membres continuent à briller par leur double langage envers Bruxelles, voilà que le ciel se noircit au-dessus de deux pays: l’Autriche et l’Italie

Si vous n’avez pas suivi les informations en la matière, voilà les éléments nécessaires pour comprendre les enjeux de ces scrutins.

L’Autriche:

L’Autriche va être amenée à voter pour le “3ème” tour de la présidentielle. Suite à un recours intenté par le FPÖ (un parti d’extrême droite fondé par des anciens nazis) lors du résultat du précédent tour des élections, l’élection d’Alexander Van der Bellen a été annulé pour vice de forme. Une nouvelle élection a donc été organisé ce dimanche 4 novembre et va donc ré-opposer les deux candidats finalistes: Alexander Van der Bellen (écologiste) et Norbert Hofer (extrême-droite).

Le fait marquant est que c’est la première fois que les citoyens autrichiens élisent le Président fédéral au suffrage universel direct et qu’ils ont la possibilité d’élire un président venant d’un parti d’extrême droite. Les sondages actuels ne permettent pas d’entrevoir un gagnant. Lors du dernier vote, Alexander Van der Bellen avait gagné avec 50,3% des votes (il avait notamment gagné grâce aux votes des autrichiens vivant à l’étranger).

Même si l’Autriche n’est pas dans une situation économique aussi dramatique que d’autres pays, le pays a globalement mal vécu la crise migratoire avec une fracture croissante entre les villes et les campagnes, ce qui a notamment provoqué une forte poussée de sympathie pour l’extrême droite.

N.B: Le Président fédéral autrichien a un rôle essentiellement symbolique. En terme de fonction, il ressemble beaucoup plus au Président allemand qu’au Président français. Il est surtout un symbole de la nation qui est là pour rassembler et débloquer le pays en cas de crise institutionnelle.

 

L’Italie:

En Italie, Matteo Renzi (le Premier ministre italien) joue son avenir politique sur le résultat du référendum qui aura aussi lieu ce dimanche 4 novembre. En effet, les citoyens italiens sont amenés à se prononcer par référendum sur un texte qui modifierait entre autre l’équilibre des pouvoirs entre les différentes chambres du Parlement italien. Afin de faire pencher la balance vers le oui, Mr Renzi a promis de démissionner si le résultat du référendum est négatif.

Les opposants mettent notamment en avant un risque de limitation des contre-pouvoirs (le système italien actuel a été construit de manière à éviter le retour d’un Mussolini au pouvoir). Comme avec chaque référendum, les différentes forces politiques en vigueur en ont profité pour transformer ce référendum en un vote de confiance/défiance envers le gouvernement.

Si le gouvernement Renzi tombe, les sondages indiquent que le prochain gouvernement pourrait venir du mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo. Un des points phares du programme de ce parti est notamment la sortie de l’Italie de la zone Euro qu’il considère comme un des responsables de la crise que connaît l’Italie avec en plus la crise des migrants.

Autre risque qui pèse sur l’Italie: le risque économique. Les taux d’intérêt sur la dette italienne ont profité des taux bas mais les banques italiennes souffrent d’un nombre beaucoup trop important de créances douteuses. Une démission du gouvernement Renzi et l’arrivée d’un gouvernement anti-euro pourrait faire repartir les taux directeurs italiens à la hausse et provoquer un risque de faillite des banques italiennes les moins en forme. Une crise des banques italiennes pourrait dans le pire des cas mettre de nouveau l’Euro en danger et provoquer la fin de la zone Euro.

 

Qu’en pense l’Union européenne?

(Humour On)

via GIPHY (Humour Off/)

Même si les résultats de ces deux votes n’auront aucun impact direct sur l’Union européenne, un vote anti-européen renforcerait le sentiment de rejet croissant de l’Union européenne parmi une partie des citoyens européens.

 

Vous avez aimé cet article? N’hésitez pas à le partager!

Photo by Hippidion